Méditer en courant

Méditer en courant est-ce que cela va bien ensemble ?

Et qu’apporte cette pratique ?

méditer en courant

Au premier abord, « méditer en courant » semble être la rencontre de deux univers éloignés. En effet, la méditation appelle à la relaxation et au repos, tandis que la course à pied met le corps en mouvement, allant parfois à le pousser dans ses limites.

Pourtant, je constate en expérimentant qu’elles sont adaptées l’une à l’autre. En effet, elles génèrent un plaisir en moi que je ne crois pas avoir déjà ressenti sous cette forme particulière. Ce plaisir se traduit par le fait de me sentir en joie et dans une sérénité particulière. Sans m’y attendre, et sans avoir d’intention, je touche une sensation de bien-être comme jamais après plus de 20 années de pratique.

De plus, et à ma plus grande joie, j’ai découvert que le peuple Tarahumuras du Mexique courait de cette manière depuis très longtemps. Me plonger dans leur expérience et dans leur philosophie de vie à travers la course à pied, ne fait qu’amplifier mon plaisir. J’expérimente pleinement l’ensemble des bienfaits qu’apporte la course à pied sur tous les secteurs de la santé, qu’elle soit physique, psychique ou spirituelle.

Et vous n’auriez-vous pas envie de ressentir ce type de plaisir et de bienfaits ? Je vais ici vous partager une partie de cette expérience pour peut-être vous donner l’envie de la pratiquer pour vous donner les moyens de développer votre santé et votre bien-être.

Les bienfaits de la course à pied sur la santé

Il est reconnu que le fait de pratiquer un sport est un bienfait pour la santé et les études scientifiques le montrent. Dans ce sens, nous trouvons de nombreux avantages pour la santé associés à la course à pied et la liste est longue : augmente la durée de vie, améliore la santé cardiaque, perte de poids, améliore la santé des os, aide à la concentration, développe le système immunitaire, a un effet sur la qualité du sommeil, aide à réduire le stress, limite l’apparition de cancer, préserve des effets du diabète, améliore la fertilité, aide à maintenir l’équilibre du corps, la posture et enfin à aussi un effet positif sur la vue.

Nous sommes faits pour courir !

course à pied

D’un autre côté, la course à pied est controversée pour ses effets néfastes, notamment pour les articulations. Et qu’en est-il exactement ?

Eh bien, cette croyance a aussi longtemps habité mon esprit. Au passage, c’est surprenant de constater à quel point les effets de notre mental et de nos pensées nous conditionnent. La psychologie positive démontre très bien ce mécanisme. Mais revenons à cette croyance des contraintes liées à la course à pied sur notre organisme.

En effet, il suffit de creuser un peu le sujet pour nous apercevoir que la science démontre le contraire. Les blessures et autres effets indésirables semblent plus liés à un dérèglement extérieur à la course que celle-ci mettrait en lumière. Nous pourrions citer une mauvaise alimentation, un excès d’entraînement ou une pratique de la course parfois inadaptée.

La pratique du peuple des Tarahumuras le confirme. La où les occidentaux se blessent régulièrement, ces coureurs nés des montagnes mexicaines semblent ne rencontrer aucune contrainte d’ordre physique. En effet, l’étude anthropologique de leur pratique montre que l’homo Sapiens est fait pour courir. C’est dans sa nature !

Les bienfaits de la méditation sur la santé

De son côté, la méditation a le vent en poupe. Présentée parfois comme une mode, le milieu scientifique étaye pourtant aujourd’hui largement ses bienfaits sur notre organisme. Non seulement, elle agit sur notre mental, notre corps et notre système immunitaire mais de plus elle a la faculté d’avoir un effet sur le contrôle de notre vie. Pour en savoir plus.

Méditer en courant : un atout pour notre vie

Donc, quand on fait le bilan des bienfaits qu’apportent ces 2 pratiques sur notre santé et sur notre vie de manière générale, nous ne pouvons qu’imaginer ce que cela pourrait produire de les associer. En introduction, je témoigne de mon expérience et je mesure personnellement ces effets.

La méditation invite à se poser et trouver un calme intérieur. L’image des postures méditatives est très éloignée de la pratique de la course à pied. Ceci étant, la méditation est avant tout une reconnexion à soi. Pour ma part, je pratique le focusing pour réaliser cette reconnexion. « Cette technique », sous de nombreux aspects, se rapproche d’une approche méditative. Elle me permet de me mettre dans cette écoute particulière du corps, dans sa globalité physique, énergétique, sensorielle, intellectuelle…

Donc, il devient très intéressant d’utiliser « cette technique » lors de la pratique de la course à pied. Elle nous permet de tendre vers un état pleinement présent à notre environnement et à ce qui se passe en nous. Par conséquent, la course à pied devient adaptée pour éviter les déconvenues. Notre égo, avec nos pensées conditionnées à une forme de performance, peut être mis de côté. Dès lors, nous devenons attentifs aux signaux de notre corps qui sait.

Dans ce contexte méditer en courant devient un réel plaisir. Cela me procure une joie intérieure profonde et une sensation d’être dans un corps-esprit en bonne santé et pleinement vivant. J’ai la sensation de partager un peu de l’expérience et de la philosophie de vie du peuple de Tarahumuras.

Cela s’apprend et demande de l’entraînement

Le focusing, la pratique méditative s’apprennent et s’intègrent avec le temps. Il en va de même pour la course à pied.

Ceci étant, le plaisir peut venir très vite quand nous courons en conscience car nous adaptons notre pratique pour permettre à notre corps d’aller là où il peut et souhaite aller.

 » Prenez soin de votre corps physique, faites du sport et méditez autant que vous pouvez : vous augmenterez votre vitalité et votre force physique en même temps que la puissance de votre esprit. » nous conseille Arouna Lipschitz!

Alors pourquoi ne pas faire les deux en même temps : Méditons en courant!


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.